Addiction Méditerranée

7, square Stalingrad - 13001 Marseille

Tel : 04.91.56.08.40

contact@ad-med.fr

© 2016 Addiction Méditerranée

La prise en compte de l’entourage familial

Les professionnels sont particulièrement attentifs au rôle de l’entourage et des familles, à la fois pour mieux prévenir et pour mieux accompagner celles et ceux qui s’adressent à eux.

Il est possible de repérer plusieurs types de démarches en provenance des parents ou des proches :

  • Celle de parents d’adolescents en difficulté dont la conduite addictive régulière ou occasionnelle vient révéler des difficultés normales ou pathologiques de l’adolescent

  • Celle de proches de patients dont l’addiction est souvent une manifestation de difficultés psychologiques ou sociales

  • Celle de parents ou de proches dont la principale problématique se situe au niveau des liens familiaux.

Dans le passé, l’accompagnement était centré sur la personne accueillie, et son entourage était considéré comme un élément de contexte de la situation, voir gênant ou pathologique. Aujourd’hui, que ce soit en ambulatoire, en appartement thérapeutique ou à la Consultation Jeunes Consommateurs, il est admis que l’entourage joue un rôle majeur dans l’accompagnement et plutôt que d’écarter les parents et les proches, il s’agit de les penser comme des alliés. Les professionnels prévoient donc l’implication possible, voire souhaitable de l’entourage familial en considérant son soutien comme pouvant contribuer au mieux-être du patient.

A la Consultation Jeunes Consommateurs

La famille est accueillie comme elle se présente : si le jeune est accompagné d’un ou de ses deux parents lors du rendez-vous, un temps est pris avec l’ensemble de la famille. Ensuite, est proposé au jeune un temps d’entretien seul. Si le ou les parents souhaitent poursuivre, il est envisagé un soutien avec un autre professionnel. 

A la période de l’adolescence, des changements sont à l’œuvre et peuvent générer des tensions au sein de la famille. Le travail consiste alors à soutenir les parents dans cette « traversée » de l’adolescence en dédramatisant les usages et en apportant un soutien dans la fonction parentale. Souvent, quelques entretiens suffisent à améliorer la situation et apaiser d’éventuels conflits familiaux. Parfois, une problématique psychiatrique sous-jacente qui nécessite une orientation adaptée est identifiée.

 

La thérapie familiale 

Dans certains services, les équipes ont expérimenté d’autres manières d’accueillir l'entourage familial, qui prend davantage en compte la problématique des liens familiaux. En effet, les professionnels ont constaté qu’au-delà de l’inquiétude des parents pour les consommations de leur enfant, peuvent émerger des difficultés dans les liens. L’équipe a donc enrichi ses compétences et adapté ses modalités d’intervention en proposant une approche d’écoute groupale se référant à la thérapie familiale analytique.

 

Cela permet de proposer une prise en charge étayée à des familles où s’exprime à la fois une difficulté à être ensemble et dans le même temps une impossibilité de se séparer. Les professionnels observent que cette approche révèle souvent l’existence d’évènements traumatiques dans la filiation qui constituent une difficulté au sein de la famille. La prise en compte de cette dimension transgénérationnelle et l’écoute globale de la famille peut ainsi aider à la compréhension et à l’amélioration de certaines situations.

 

En hébergement thérapeutique 

Les pratiques d’accompagnement évoluent vers une prise en considération de l’entourage familial plus importante qu’auparavant. S’il parait nécessaire de préserver un espace respectant l’intimité du patient et sa prise en charge concernant les addictions, des coopérations avec l’entourage sont envisagées notamment en rendant possible l’accueil des proches dans le logement. Il peut s’agir de visites ponctuelles ou d’accueils plus réguliers voir permanents qui amènent l’équipe à inventer des nouvelles modalités d’intervention offrant des conditions favorables à la création et au maintien des liens.

Au-delà du travail avec les proches et notamment les conjoints, les professionnels ont expérimenté l’accueil de pères, de femmes enceintes et de mères avec des enfants. Dans ces situations, le travail indispensable sur la parentalité donne lieu à un élargissement des réflexions autour de préoccupations telles que la protection de ces enfants, l’accompagnement du processus de séparation et d’individuation mère/enfant etc. L’équipe co-construit ainsi au cas par cas une palette de réponses prenant en compte la globalité des problématiques, à la fois individuelles et familiales. Pour cela, les professionnels s’appuient aussi sur les compétences de partenaires spécialisés de la petite enfance.

Les groupes

Enfin, au sein des stratégies thérapeutiques avec l’entourage familial, le groupe constitue un appui supplémentaire. Les professionnels ont en effet repéré un besoin pour certaines personnes de l’entourage de partager leur expérience mais aussi de recevoir des informations sur les consommations, les produits, l’adolescence, les écrans, des conseils sur la fonction parentale etc. C’est ainsi que l’équipe a réfléchi à la mise en place d’espaces collectifs à destination de parents, conjoints etc. préoccupés par la consommation d’un de leurs proches.  Ces groupes permettent l’acquisition de connaissances, facilitent l’expression et le partage de difficultés et favorise l’identification de ressources face à des situations vécues comme difficiles.