Addiction Méditerranée

7, square Stalingrad - 13001 Marseille

Tel : 04.91.56.08.40

contact@ad-med.fr

© 2016 Addiction Méditerranée

Favoriser l’accès aux soins

 

L’écart entre le nombre de personnes concernées par une consommation problématique et le nombre de celles qui rencontrent à un moment donné un professionnel du champ spécialisé est non négligeable.

On le sait, un grand nombre d’usagers pour qui cette rencontre pourrait être bénéfique ne se fait pas, et ce pour plusieurs raisons, liées au rapport que les personnes ont à leur consommation mais aussi à la méconnaissance par les partenaires des structures spécialisées et de ce qu’elles font.

 

Faciliter la rencontre

Ainsi, pour faciliter la rencontre avec ceux qui en ont besoin, les équipes doivent « sortir » de leurs murs, imaginer, tisser des maillages propices à l’orientation avec l’ensemble des acteurs du territoire. S’il arrive que des usagers prennent contact spontanément avec les centres de soins, un grand nombre d’entre eux se présentent :

  • Dans le cadre d’une contrainte (judiciaire ou éducative)

  • Dans le cadre d’un relais de prise en charge

  • Suite à une orientation par un professionnel d’un autre secteur (aide sociale, insertion notamment)

 

En « première ligne », ce dernier est souvent amené à repérer une consommation problématique chez une personne qu’il accompagne mais se trouve en difficulté pour aborder le sujet avec elle car, poser la question implique de pouvoir y répondre. Si apporter une réponse thérapeutique ne relève pas de sa compétence, le professionnel peut cependant se former à repérer, parler des consommations et accompagner une orientation vers un lieu spécialisé si besoin.

Créer un environnement propice à la prise en compte des difficultés liées aux addictions

Addiction Méditerranée met en œuvre des actions contribuant au lien avec les professionnels de premier recours pour leur permettre d’aborder les consommations le plus justement possible et au moment le plus opportun et ainsi agir avant que les situations des personnes se dégradent. Des formations peuvent être proposées et permettent de :  

  • Sensibiliser les professionnels aux produits et à leurs effets, aux traitements, à la législation en matière de drogue, aux aspects psychosociaux.

  • Prendre un temps sur des situations et sur la présentation des lieux de soins.

  • Faire un retour sur expérience à distance de la formation initiale. 

  • Faire évoluer les représentations, mieux comprendre les mécanismes de l’addiction, mieux identifier la fonction, la place qu’elle peut occuper chez un usager.

Afin d’entretenir les liens avec les partenaires, des appuis techniques d’analyse de pratiques ou des groupes de travail réguliers inter-institutionnels sur des thématiques spécifiques peuvent avoir lieu. Ces espaces ont pour objectifs de :

  • Maintenir en éveil la thématique des addictions dans les structures

  • Travailler sur les orientations et désamorcer des situations rencontrées par les professionnels avec lesquelles ils sont en difficultés : « j’ai peur de le bousculer, de le déstabiliser encore plus ...»

  • Identifier les obstacles qui sont liés à la situation de l’usager lui-même mais aussi à la relation qui existe entre le professionnel et la personne tout en préservant la relation de confiance car le professionnel est souvent le seul interlocuteur de l’usager.

  • Valoriser les savoir-faire et les savoir-être des professionnels: mentionner les évolutions, rappeler la temporalité longue dans laquelle s’inscrivent parfois les changements chez les personnes, replacer le professionnel dans son cadre de travail, donner des conseils pour aborder les consommations (dire ce que l’on ressent plutôt que de poser des questions).

Accompagner les orientations

Ces temps de travail permettent de « tricoter » au cas par cas les orientations « complexes » et ainsi définir la stratégie la plus adaptée : 

  • Pour certaines personnes, il peut être envisagé qu’elles se rendent d’elle-même au centre de soins.

  • Pour d’autres, il s’avère pertinent que le partenaire accompagne la personne.

  • Pour d’autres encore, il parait nécessaire qu’un professionnel du CSAPA se déplace vers le partenaire pour rencontrer l’usager.

C’est ainsi qu’avec certains partenaires, il est envisagé la mise en place de Consultations avancées afin de faciliter la rencontre.